Obliteride

4:01 PM Anthony 2 Comments


Obliteride, c'est la grande opération de fundraising annuelle de Fred Hutch. Le principe: une grande randonnée cycliste, au choix, de 25, 50 ou 100 miles. Chaque participant s'engage à récolter une certaine somme d'argent, dont l'entièreté est dédiée à la recherche contre le cancer à Fred Hutch. Quant à la logistique de cet événement, elle est financée par de gros sponsors locaux.
En sept éditions, Obliteride a récolté 17 millions de dollars... une importante goutte d'eau. Obliteride, c'est aussi une grosse opération de communication: un produit d'appel pour les gros donneurs, et une manière de mettre à l'honneur les patients et leurs familles.
Chaque année, mes collègues de la Team T Cell essaient de me recruter dans leur équipe. Cette année, sur la lancée de Paris, je n'ai pas trouvé de bonne excuse pour me défiler.
Voici donc la Team T Cell vendredi soir, lors de la kick off party!
Le lendemain matin, à 6h30 tapantes, l'ambiance était bien différente au départ des 100 miles. Ces trois dernières semaines, il était tombé 3 mm de pluie sur Seattle. Il en est tombé près de 30 mm sur les 3 premières heures d'Obliteride!

Malgré l'obscurité et l'humidité, une sous-population de 4 T cells gardaient le sourire sur la ligne de départ, prêts à en découdre avec le climat et le relief offerts par Seattle.
A cause de la pluie, le trophée du Roi de la Montagne a été annulé. Cette boucle supplémentaire de 7 miles, sur les flancs de la Montagne du Tigre a été récemment ré-asphaltée. La première grosse averse sur un asphalte frais, ça fait une monstrueuse patinoire dans la descente... trop dangereux! Et derrière nous, face aux éléments, les cyclistes plus lents ont été déroutés vers le circuit de 50 miles.
Dans une des côtes, un mur de 700 mètres à 12% de moyenne, il était amusant de slalomer entre tous ces cyclistes chevronnés dont les vélos faisaient rêver... mais dont les jambes semblaient tétanisées par la pluie. Cependant, il fallait contrôler les watts dans les parties les plus raides: même le derrière sur la selle, la roue arrière se dérobait sur la route détrempée.

Nous étions heureux d'arriver au ravitaillement de la mi-parcours, sous les premiers timides rayons de soleil de la journée, accueillis par de gentils bénévoles jouant les cheerleaders...
 ... qui nous avaient préparé un quintal au moins de délicieuses patates.
Après ça, on avait tellement la patate que la Team T Cell a fait un contre la montre par équipe d'enfer, en tête d'un peloton qu'on a fait exploser.
Malheureusement, la route était dégueulasse et on a commencé à accumuler les crevaisons... jusqu'à tomber à cours de matériel de rechange. Certains devant rentrer dans un délai précis, d'autres devant attendre la voiture d'assistance, nous avons dû nous séparer. Dommage, car on s'amusait bien!
Après avoir roulé 25 bornes seul, j'ai retrouvé d'autres collègues à l'avant-dernier ravito. Impatients d'en finir, on a tracé ensemble fond de balle les 30 derniers kilomètres.
Finalement, nous nous sommes tous retrouvés à l'arrivée, sous un soleil enfin retrouvé!

Dernière (més)aventure: sur le parking à vélo, j'ai réussi à casser ma chaîne! Ca m'apprendra à vouloir repasser sur le petit plateau!
Une journée épique!


You Might Also Like

2 comments:

  1. On a raté le rendez-vous du « dimanche soir », on n’a pas résisté au décalage horaire... Félicitations pour le parcours malgré la pluie. Olivier garde précieusement le bracelet !!

    ReplyDelete