1 + 1 = 10

9:53 PM Anthony 2 Comments

 

Au Standard, à la troisième mi-temps, tout le monde est entraîneur diplômé ("plômé").

Pendant une pandémie, pour éviter la troisième vague, tout le monde est immunologiste diplômé ("plômé"... je viens déjà de le dire).

C'est ainsi qu'a surgi cette fausse bonne idée de vacciner deux fois plus de monde en n'injectant que la première des deux doses. Le problème, c'est que ces immunologistes de kermesse ne comprennent pas l'arithmétique bien particulière de l'immunologie. C'est pourtant simple, il suffit d'aller trouver les données de la phase 1 du test du vaccin Pfizer dans le New England Journal of Medicine.

Voici à quoi ça ressemble:


Alors c'est vrai, une défaite par quatre buts à trois, c'est honorable. Une seule dose, c'est moins bien que deux mais c'est nettement mieux qu'un placebo.

Mais il y a une astuce: ce fameux axe verticale en échelle logarithmique! Ce logarithme nous poursuit depuis le début de la pandémie! Sur une échelle linéaire, voici à quoi ça ressemble.


Au Standard, Kiki l'Innocent dirait: serré, serré, 6 - 0 !

Y a-t-il maintenant encore des volontaires pour aller défendre la dose unique demain au JT?

Et pour l'impact qu'une seule dose pourrait avoir sur l'évolution du virus, on demandra aux évolutionnistes de troisième mi-temps. Mais là tout de suite, ils sont trop occupés à disserter sur le variant anglais.

You Might Also Like

2 comments:

  1. Et quid de la relation entre l'immunité et la quantité d'anticorps anti-spike : à quelles caractéristiques de l'immunité cette quantité peut elle être reliée (durée, intensité,...) et selon quel type de relation (linéaire, logarithmique, linéaire avec seuil,...) ? Si la probabilité de développer le (la pour les pédants de l'Académie) Covid-19 est reliée au premier ordre à cette quantité, alors effectivement c'est complètement con de ne pas faire les deux injections comme préconisé.

    ReplyDelete
  2. Excellentes questions! Je te réponds par email.

    ReplyDelete