Un coin de ciel bleu

7:35 PM Anthony 0 Comments

La météo est redevenue un peu plus ensoleillée ces derniers jours. Encore beaucoup de nuages, mais c'est déjà mieux que le déluge du weekend précédent.

En ville, les émeutes ont pris fin, policiers robocop et vandales ont enterré la hache de guerre. Après 5 nuits de couvre feu, la situation est revenue au calme. Les manifestations se poursuivent, mais pacifiquement. L'inquiétude principale, mis à part celle d'être entendus et de faire changer les choses, c'est le risque de propagation du virus dans ces rassemblements de masse. Car nous somme toujours en confinement ici, le virus continue de roder...

Mais en réponse, la ville de Seattle et l'Université de Washington offrent maintenant des tests PCR gratuits et invitent tous les manifestants à en profiter. Un peu de générosité et de bienveillance...

Et puis les nouvelles sont un peu meilleures du côté du virus. Le King County n'est toujours pas éligible pour la phase 2. Mais on a pu passer en phase 1 et demi. Les terrasses de restaurants sont accessible à 50%. La piste d'athlétisme reste fermée donc pour moi, ça ne change rien. Et puis de toute façon, il n'y a plus d'urgence à réouvrir: le vol de la famille VDP est annulé, donc pas de Visiteurs en Amérique cette année. Tant qu'on me laisse aller au labo, déconfinement ou pas, peu m'importe, après tout.

Au labo, ça continue à être difficile mais on progresse. Trouver le juste milieu entre l'empathie et la productivité... tout un art!

Il fait calme ce soir sur le balcon. A part quelques skateboards et roquets énervés, aucun bruit dans la rue. Pas d'hélicoptère pour surveiller les manifs. Les avions, au lieu d'un 737 s'alignant chaque minute sur la piste d'atterrissage, il n'y a qu'un cargo toutes les 15 ou 20 minutes. Seattle est une ville isolée, insulaire... et je me sens un peu comme Robinson Crusoe. L'année 2020 va être longue, mais on s'en sortira.

Le marathon d'Amsterdam n'est pas encore officiellement annulé. Alors il est temps de retrouver la forme d'avril, après un mois de mai pourri. Je pars donc courir... à plus tard!


You Might Also Like

0 comments: