La nutrition du runner

9:31 PM Anthony 0 Comments


On a un truc dans la famille, c'est génétique, on ne peut rien y faire: un appétit irréfrénable pour le lait concentré sucré. Avant de partir courir, quoi de mieux qu'une délicieuse dose de sucres?

J'ai planté quelques fleurs la semaine dernière. Hier, j'ai dû retourner au magasin pour acheter un arrosoir car les fleurs avaient soif. Avec le retour d'El Niño depuis quelques mois, toute la pluie est au sud, en Californie, et c'est la sécheresse à Seattle.
Quel est le rapport avec le lait concentré sucré?
Un peu de patience, j'y viens!

Tout bon biologiste ou autre jardinier le sait, on n'arrose pas les plantes le matin. Car sous l'effet de l'humidité, les plantes ouvrent leurs stomates pour faire tourner la photosynthèse. Et à midi, elles ont déjà tout évapotranspiré et, stomates toujours grands ouverts, elles grillent au soleil.

Le lait sucré, c'est exactement pareil! Une dose avant de partir courir, quelques minutes d'échauffement et ce n'est plus du sang qui coule dans les artères: c'est du caramel!
En réponse à cette overdose, l'organisme produit un torrent d'insuline pour inciter le foie à faire le nettoyage. Grâce à cette inondation d'insuline, tout le lait concentré sucré est rapidement absorbé par le foie... c'est son job! Mais il n'y a alors plus rien dans le sang pour nourrir les muscles... grillés après quelques kilomètres de course.

You Might Also Like

0 comments: