Le complot Castex

10:19 AM Anthony 0 Comments

 

Le Premier Ministre français a donc annoncé hier le remplacement du "Covid safe ticket" version française par un pass vaccinal. Un test négatif ne fera plus l'affaire, il faudra être vacciné pour aller au restaurant ou au théâtre. Discrimination contre les non-vaccinés? Grand complot de l'Etat central à la merci des multinationales? Certains le pensent. Réaction dans l'urgence et la panique face à la déferlante annoncée d'Omicron? Probablement.

Mais si on y regarde de près, cette décision est beaucoup plus importante car elle signale une transition essentielle dans la gestion de la crise du covid: le passage d'une gestion de pandémie, à celle d'une endémie. Revenons sur les faits et leur interprétation.

Acte 1:

Lors du développement des vaccins en 2020, l'objectif était d'atteindre au moins 50% de protection contre les maladies symptomatiques. Avec plus de 90% d'efficacité, l'objectif était largement atteint. Mieux! Les vaccins protégeaient à environ 80% contre la transmission du virus. Dans un excès d'optimisme, on a donc rêvé d'une fin de crise rapide et de l'éradication du virus.

Et pour s'assurer du succès, on a mis en place le covid SAFE ticket: soit tu es vacciné et tu ne risques rien, soit tu as un test négatif et tu ne peux contaminer personne. Parfait! Chacun ayant la liberté de choisir entre le vaccin ou les tests. En fin de printemps 2021, nous étions presque sortis d'affaire.


Acte 2:

Delta déboule. Rapidement, on constate que les vaccinés peuvent être infectés, peuvent transmettre le virus, et peuvent être assez sérieusement malades. Même si ces risques sont fortement réduits par la vaccination. On connaît tous des gens en bonne santé, vaccinés, qui ont chopé delta cet été et "n'ont jamais été aussi malade de leur vie". C'est là que le covid SAFE ticket a perdu tout son sens. Pour un vacciné, il valait mieux aller au bistro avec un non-vacciné testé négatif le jour même, plutôt qu'avec un vacciné potentiellement infectieux. Plus personne n'était vraiment SAFE. Depuis, au café du commerce, les immunologistes de comptoir s'en donnent à coeur joie: "le vaccin ne fonctionne pas" mais "c'est une épidémie de non-vaccinés", "les lymphocytes T sont plus importants que les anticorps", "les enfants ne sont pas les moteurs", et patati et patata.

L'immunologie, c'est comme le football: à la troisième mi-temps, tout le monde est entraîneur. Néanmoins, on cherche toujours celui qui pourra ramener le titre au Standard.


Acte 3:

Omicron entre dans la danse. Vaccin ou pas, il va passer à travers tout. Si quelqu'un vous affirme avec certitude qu'Omicron est bénin, ou au contraire que ça va être l'apocalypse, cette personne peut préparer son CV, pour l'envoyer au Standard le jour où l'entraîneur actuel sera viré.

Jean Castex, lui, a compris deux choses. D'abord, ce virus, il est là pour rester et il n'en viendra pas à bout. Ensuite, le vaccin actuel en trois doses continue à bien protéger contre les hospitalisations. Alors le message qu'il fait passer à ses concitoyens est simple: "Restez en dehors de mes hôpitaux, et je vous lâcherai les bottes". Que le virus circule dans les bistrots, cinémas et tribunes de football, ça ne le concerne plus.

Après, chacun pourra choisir le niveau de risque à prendre face à delta, à omicron, ou au reste de l'alphabet. Sachant que ça pourrait résulter en un bon rhum, une grosse gripe ou une sale bronchite... mais ça, Jean Castex n'en a cure. Le pass vaccinal, c'est donc le retour des libertés et responsabilités individuelles dans un monde devenu épidémiologiquement dangereux et incertain. A condition de vider les hôpitaux... donc de vacciner tout le monde.


Restent quelques questions en suspens: Jean Castex va-t-il aller au bout de sa logique? A-t-il raison? Est-ce le bon moment? Est-ce que ça va fonctionner? L'avenir le dira...



You Might Also Like

0 comments: