Règle de trois

9:15 PM Anthony 4 Comments

 

La dernière fois que je suis rentré en Belgique, à une époque qui paraît maintenant si éloignée et semble ne jamais vouloir revenir, je n'avais pas pu aller me promener ni courir des les forêts gaumaises. Tout était clôturé. Les sangliers, victimes de la peste porcine, étaient confinés.

Quelques mois plus tard, c'était à notre tour d'être parqués dans nos enclos, comme de vulgaires cochons sauvages. Les sangliers gaumais ont depuis été déconfinés, eux! Pas nous. Alors on doit tous se trouver des mécanismes pour éviter de perdre la carte. Moi, c'est en tentant de redevenir ornithologue.


C'est fort agréable, de passer une heure à la fenêtre, à observer le balais des gloutons volants, venus s'empiffrer. Et parfois, il y a de jolies surprises: le Tohi tacheté, quel élégante bestiole!

Mais voilà, comme le disait bien Jacques Chirac, les emmerdes, ça vole en escadrille. Les épidémies aussi, semble-t-il.

Et de trois! Il est dorénavant demandé de ne plus nourrir les oiseaux dans l'état de Washington. Pour empêcher la propagation d'une épidémie de salmonellose qui décime les oiseaux de jardins. Cette troisième vague épidémiologique serait une conséquence indirecte du coronavirus: tous ces couillons, confinés chez eux, qui n'ont rien de mieux à foutre que nourrir les piafs dans des mangeoires dégueulasses!

Je vais faire mon clarinvaux: je "désir" la réouverture urgente des mangeoires de jardin... pour le bien-être psychologique de la population et la survie du secteur de la production de graines de tournesol.

You Might Also Like

4 comments:

  1. Oui, c'est arrivé aussi chez nous avec des maladies comme la trichomonase pour les verdiers, Sutonella ornithocola pour les mésanges bleues ou d'autres chaz les touretrelles, etc. Les oiseaux souffrent aussi de maladies contagieuses. Une bonne manière de limiter les problèmes est de faire gaffe à l'hygiène des mangeoires ou de ne plus nourrir... Les oiseaux se débrouillent en général.

    ReplyDelete
  2. Ca me rappelle des débats passionnés sur Aves-Contact il y a 15-20 ans, Albert Demaret comme débateur en chef, "faut-il nourrir les oiseaux toute l'année?".

    Moi, je dis que l'intérêt du nourrissage est pour les nourrisseurs plus que pour les nourris. Un peu comme un canari comme animal de compagnie... mais sans la cage.

    ReplyDelete
  3. Et pour tout avouer, je fais mon Nollet sur ce coup-là (comme ça il y en a pour tous les partis politiques). J'ai retiré la gamelle d'eau, mais j'ai rechargé les graines de tournesol. De toute façon, à la vitesse où elles partent, peu de risque de prolifération microbienne!

    ReplyDelete
  4. Tant que tu nettoies régulièrement ça ira. Chez nous on doit confiner les poules... Grippe aviaire depuis novembre.

    ReplyDelete